Quelle différence entre SASU et Auto-entrepreneur ?

Le terme SASU est souvent employé à tort comme synonyme d’auto-entrepreneur. Pourtant, il s’agit de deux statuts juridiques distincts avec des avantages et des inconvénients propres. Alors, quelles sont les différences entre une SASU et un auto-entrepreneur ?

Une différence cruciale : le statut juridique

Dans le cadre de leur activité professionnelle, les individus ont le choix entre différents statuts juridiques. En fonction du statut choisi, les individus bénéficient de différents avantages et de différents inconvénients. Parmi les différents statuts juridiques existants, on retrouve le statut de SASU et le statut d’auto-entrepreneur. Bien que ces deux statuts juridiques aient des similitudes, il existe une différence cruciale entre les deux : le statut juridique.

En effet, le statut de SASU est un statut juridique spécifique aux sociétés par actions simplifiées unipersonnelles, tandis que le statut d’auto-entrepreneur est un statut juridique spécifique aux micro-entreprises. Cette différence de statut juridique a des implications importantes pour les individus exerçant une activité professionnelle.

Le statut de SASU est un statut juridique spécifique aux sociétés par actions simplifiées unipersonnelles. Ce statut juridique permet aux individus de bénéficier de certains avantages, notamment en termes de fiscalité. En effet, les individus exerçant une activité professionnelle sous ce statut juridique bénéficient d’un taux d’imposition plus avantageux que les individus exerçant une activité professionnelle sous le statut d’auto-entrepreneur.

De plus, le statut de SASU permet aux individus de bénéficier d’une certaine flexibilité en ce qui concerne les règles de gestion de leur entreprise. En effet, les individus exerçant une activité professionnelle sous ce statut juridique n’ont pas à respecter les mêmes règles de gestion que les individus exerçant une activité professionnelle sous le statut d’auto-entrepreneur. Cette flexibilité en matière de gestion peut être un avantage important pour les individus souhaitant exercer une activité professionnelle de manière indépendante.

A lire aussi :  C'est quoi le statut SARL ?

Le statut d’auto-entrepreneur est un statut juridique spécifique aux micro-entreprises. Ce statut juridique permet aux individus de bénéficier de certains avantages, notamment en termes de fiscalité. En effet, les individus exerçant une activité professionnelle sous ce statut juridique bénéficient d’un taux d’imposition plus avantageux que les individus exerçant une activité professionnelle sous le statut de SASU. De plus, le statut d’auto-entrepreneur permet aux individus de bénéficier d’une certaine simplicité en ce qui concerne les formalités administratives.

Un régime fiscal avantageux pour les auto-entrepreneurs

Les auto-entrepreneurs ont la possibilité de bénéficier d’un régime fiscal avantageux. Ce régime leur permet notamment de bénéficier d’un taux réduit de TVA et d’une exonération de charges sociales.

Le taux réduit de TVA

Auto-entrepreneurs et micro-entrepreneurs bénéficient d’un taux réduit de TVA de 5,5 % (contre 20 % pour les autres entreprises). Ce taux s’applique à la vente de certains produits et services, notamment les services à la personne, les services de transport de personnes et les services de restauration.

Les micro-entrepreneurs ont également la possibilité de bénéficier d’un taux de TVA de 2,1 % sur la vente de certains produits, notamment les produits alimentaires, les produits pharmaceutiques et les produits destinés à la petite enfance.

Exonération de charges sociales

Les micro-entrepreneurs bénéficient également d’une exonération de charges sociales. Cette exonération s’applique aux cotisations patronales et aux cotisations sociales des travailleurs indépendants. Les micro-entrepreneurs ne sont pas soumis aux cotisations maladie, maternité, invalidité et décès, ainsi qu’aux cotisations chômage.

Les SASU peuvent embaucher des salariés

Une SASU est une société par actions simplifiée unipersonnelle. C’est une forme juridique de société qui permet à une seule personne de créer et de gérer une entreprise. En France, les SASU sont soumises au droit des sociétés et au code civil. Les SASU peuvent être créées par un entrepreneur individuel ou par une société. Les SASU sont généralement créées par des entrepreneurs qui cherchent à développer une entreprise à long terme. Les SASU peuvent embaucher des salariés et leur offrir des avantages sociaux. Les SASU peuvent également investir dans d’autres entreprises.

A lire aussi :  Quelle est l'avantage d'un CDI ?

Les auto-entrepreneurs ont un plafond de chiffre d’affaires

La Loi n° 2008-776 du 4 août 2008 portant réforme de l’auto-entrepreneuriat a instauré un plafond de chiffre d’affaires annuel pour les auto-entrepreneurs. Ce plafond est fixé à 32 900 euros pour les activités de vente de marchandises, de débit de boissons et de prestations de services. Les auto-entrepreneurs dont le chiffre d’affaires est inférieur à ce plafond sont exemptés de toute formalité comptable et fiscale. Ils ne sont pas tenus de déposer de bilan et ne sont pas soumis à la TVA.

Toutefois, les auto-entrepreneurs dont le chiffre d’affaires dépasse le plafond de 32 900 euros sont tenus de respecter certaines formalités comptables et fiscales. Ils doivent déposer un bilan auprès du greffe du tribunal de commerce et s’acquitter de la TVA.

Les auto-entrepreneurs ont donc un plafond de chiffre d’affaires annuel, au-delà duquel ils doivent respecter certaines formalités comptables et fiscales.

La création d’une SASU est plus complexe que celle d’une auto-entreprise

La création d’une SASU est plus complexe que celle d’une auto-entreprise, car elle nécessite la rédaction d’un statut et la désignation d’un président. De plus, il est nécessaire de déposer les documents au greffe du tribunal de commerce, ce qui est plus long et coûteux que de simplement s’inscrire à la Chambre de commerce et d’industrie. En outre, les associés d’une SASU ont des obligations plus lourdes que celles des auto-entrepreneurs, notamment en termes de capital minimum et de garanties financières.

Lorsque l’on crée son entreprise, il est important de bien choisir son statut juridique. En France, deux statuts sont particulièrement populaires auprès des entrepreneurs : le statut d’auto-entrepreneur (AE) et le statut de société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU). Ces deux statuts présentent des avantages et des inconvénients qui conviendront plus ou moins bien à votre activité. Pour faire le bon choix, il est important de bien les comparer.

A lire aussi :  Quels sont les aides pour création d'entreprise ?

Articles similaires